L’Aïkido ?

L’aïkido (合気道, aikidō?) est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei UeshibaO sensei entre 1925 et 1969
L’aïkido a été officiellement reconnu par le gouvernement japonais en 1940 sous le nom d’aikibudō1 et sous le nom aikido en 1942 donné par la « Dai Nippon Butoku Kai », organisme gouvernemental visant à regrouper tous les arts martiaux japonais pendant la guerre. Il a été créé à partir de l’expérience que son fondateur avait de l’enseignement des koryu (écoles d’arts martiaux anciennes), essentiellement l’aikijutsu de l’école daitō ryū et le kenjutsu2 (art du sabre japonais). L’aïkido est né de la rencontre entre ces techniques de combat et une réflexion métaphysique de Morihei Ueshiba sur le sens de la pratique martiale à l’ère moderne.

L’aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l’adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l’adversaire, mais à réduire sa tentative d’agression à néant3.

L’aïkido peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression. En fait, dans l’esprit de l’aïkido, il n’y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence. Conformément à cette logique, il n’existe pas de compétition d’aïkido.

Nobuyoshi Tamura (田村信喜), né le à Osaka au Japon, et mort le à Saint-Maximin en France, est un célèbre pratiquant d’aïkido fondateur de la première fédération d’Aïkido en France.

Le père de Nobuyoshi Tamura est professeur de kendo. Nobuyoshi Tamura y devient officiellement disciple (uchi deshi) en 1953, et part onze ans plus tard pour l’Europe, où il s’installe en France, en 1964. Il commence alors à y développer la pratique de l’aïkido, et devient directeur technique national (DTN) de la fédération française d’aïkido et de budo à sa création dans les années 1980.

Morihei Ueshiba lui attribue le 8e dan, diplôme numéro 25, délivré le 1er octobre 19751. Nobuyoshi Tamura se vit d’ailleurs proposer le 9e dan. Il refusa cependant ce grade, que seul aurait pu lui remettre son maître alors décédé. Ce cas n’est pas unique dans le monde des arts martiaux traditionnels. Ainsi, maître Tatsuo Suzuki, 8e dan de karaté, refusa plusieurs fois le 10e dan qu’on lui proposait, considérant que seul le fondateur de l’école, Hironori Ohtsuka, était en droit de lui accorder ce grade (et il était décédé).

Nobuyoshi Tamura dispose du titre de shihan, mais les pratiquants l’appellent sensei (« maître »), ce qui est une marque de respect vis-à-vis de sa personne et de son niveau. Pendant toutes ses années en France, il anime, comme de nombreux autres maîtres, des stages d’aïkido dans de nombreux pays.

Son dojo, le Shumeikan, se situe dans le village de Bras dans le Var.

Nobuyoshi Tamura est mort en 2010, à l’âge de 77 ans.

Sources: WIKIPEDIA

 


Eric (enseignant à Lodève) et Tamura sensei en 2006.